mardi 22 juillet 2014 19:25

Pasteur Daniel

07 SOUS LES EFFETS DES BIENFAITS DU SANG DE JESUS-CHRIST.

07 SOUS LES EFFETS DES BIENFAITS DU SANG DE JESUS-CHRIST.

 

 

PASTEUR DANIEL HEBERT

 

 

ou bien : « sous les bienfaits des effets du sang de Jesus. »

 

  1. INTRODUCTION.

 

1 Jean 5/6 : C'est lui, Jésus-Christ, qui est venu avec de l'eau et du sang ; non avec l'eau seulement, mais avec l'eau et avec le sang ; et c'est l'Esprit qui rend témoignage, parce que l'Esprit est la vérité. Car il y en a trois qui rendent témoignage : l'Esprit, l'eau et le sang, et les trois sont d'accord.

 

« C'est lui, Jésus-Christ, qui est venu avec de l'eau et du sang, non avec l'eau seulement, mais avec l'eau et avec le sang ; et c'est l'Esprit qui rend témoignage, parce que l'Esprit est la vérité. Car il y en a trois qui rendent témoignage dans le ciel : le Père, la Parole et l'Esprit-Saint. Et ces trois sont un. Et il y en a trois qui rendent témoignage sur la terre l'Esprit, l'eau et le sang, et les trois sont d'accord. » (Bible à la Colombe).

 

Ce passage de l’épître de Jean peut sembler assez hermétique.

 

Pour aller au plus simple, il met en évidence les vérités suivantes.

 

-      La trinité divine : le Père, la Parole (le Fils), et l’Esprit.

 

-      Les trois sont un : Dieu est unique et il est une unité plurielle, une tri-unité.

 

-      Jésus est venu avec l’eau qui peut représenter la Parole et avec le sang de son sacrifice.

 

-      Le témoignage divin sur la terre tourne autour de celui de l’Esprit, de la Parole et du sang.

 

-      Les  trois  sont  d’accord,  formule  qui  montre  la cohérence qui existe entre ces trois témoignages.

 

-      Le but de ces trois formes de témoignage concerne le salut de l’homme.

 

-      Les trois sont d’accord pour contribuer ensemble à amener l’homme au salut.

-      Les trois purifient.

1 Jean 5/8 : l'Esprit, l'eau, le sang, et ces trois tendent au même but. (Bible de Jérusalem).

 

Après le précédent message qui traitait de l’efficacité des bienfaits des effets de la Parole de Dieu, voici la suite qui touche aux effets des bienfaits des effets du sang de Jésus-Christ.

 

Mais avant cela, justifions que l’on puisse comparer l’action de l’eau à celle de la Parole.

 

Les passages suivants sont suffisants pour nous en convaincre, car il désigne la Parole comme étant une « eau qui lave ».

 

Éphésiens 5/25 : Maris, aimez chacun votre femme, comme le Christ a aimé l'Église et s'est livré lui-même pour elle, afin de la sanctifier après l'avoir purifiée par l'eau et la parole (par le bain de l’eau dans une parole).

 

Tite 3/5 : il nous a sauvés, non parce que nous aurions fait des œuvres de justice, mais en vertu de sa propre miséricorde, par le bain de la régénération et le renouveau du Saint-Esprit.

 

Cette régénération a été accomplie par la Parole de Dieu (1 Pierre 1/23).

 

  1. BIENFAITS FONDAMENTAUX ET ESSENTIELS DE LA VALEUR DU SANG DE JESUS-CHRIST.

 

2.1.  La valeur du sang dans la Bible.

 

Sang : Liquide vital circulant dans le corps, si indispensable à son existence qu'on peut dire : la vie réside dans le sang (Lévitique 17.11, 14) ou : le sang, c'est la vie (Deutéronome 12.23) ce fait n'empêche pas le psalmiste d'attribuer également au souffle de l'Éternel la vie des animaux (Psaume 104.30).

 

Le sang représentait la vie, si sacrée pour Dieu que le sang d'Abel assassiné put être décrit comme criant vengeance de la terre à Dieu (Genèse 4.10). Selon la Loi, la mort est la sanction du péché. Pour obtenir le pardon il était indispensable de sacrifier la vie d'un substitut, préfiguration du sacrifice du Calvaire.

 

(Hébreux 9.22 ; Lévitique 17.1-14 ; Deutéronome 12.27 On en faisait aussi l'aspersion ou l'application sur la personne et les objets que l'on voulait purifier. (Lévitique 8.23, 30 ; Exode 24.8 ; Hébreux 9.18-22).

 

Par ce symbole, le sacrificateur disait en somme à l'Éternel : « L'homme (ou le peuple) que je représente aurait dû mourir à cause de son péché. Mais le sang que voici prouve qu'une victime a été offerte à sa place. Ta loi est satisfaite. Veuille donc pardonner selon ta promesse. »

Dans le N.T., les expressions : sang de Jésus, sang de Christ, sang de l'Agneau, sang de l'alliance, sang de l'aspersion, sont des métaphores représentant la mort expiatoire de Jésus, sans laquelle il ne peut y avoir de salut. (Dictionnaire biblique).

 

2.2.  La valeur du sang de Jésus.

 

Valeur générale.

 

Le sang de Jésus étant celui de son sacrifice, il représente l’amour de Dieu envers les pécheurs.

 

Le sang de Jésus ayant été versé pour servir de rançon, il représente aussi l’exigence absolue de la justice de Dieu qui ne pouvait pas se satisfaire d’un paiement relativement parfait.

 

Valeur de substitution.

 

1 Corinthiens 15/3 : Je vous ai enseigné avant tout, comme je l'avais aussi reçu, que Christ est mort pour nos péchés, selon les Écritures.

 

Valeur de justification.

 

Romains 5/9 : A plus forte raison donc, maintenant que nous sommes justifiés par son sang, serons-nous sauvés par lui de la colère.

 

Valeur de rédemption (de rachat).

 

Éphésiens 1/7 : En lui nous avons la rédemption par son sang, la rémission des péchés, selon la richesse de sa grâce.

1 Pierre 1/18 : sachant que ce n'est pas par des choses périssables, par de l'argent ou de l'or, que vous avez été rachetés de la vaine manière de vivre que vous aviez héritée de vos pères, mais par le sang précieux de Christ, comme d'un agneau sans défaut et sans tache.

 

Apocalypse 5/9 : Et ils chantaient un cantique nouveau, en disant : Tu es digne de prendre le livre, et d'en ouvrir les sceaux ; car tu as été immolé, et tu as racheté pour Dieu par ton sang des hommes de toute tribu, de toute langue, de tout peuple, et de toute nation.

 

Valeur de rapprochement et de réconciliation entre Dieu et les hommes et les hommes entre eux.

 

Éphésiens 2/13 : Mais maintenant, en Jésus-Christ, vous qui étiez jadis éloignés, vous avez été rapprochés par le sang de Christ.

 

Colossiens 1/20 : il a voulu par lui réconcilier tout avec lui-même, tant ce qui est sur la terre que ce qui est dans les cieux, en faisant la paix par lui, par le sang de sa croix.

 

Valeur d’alliance.

 

Luc 22/20 : Il prit de même la coupe, après le souper, et la leur donna, en disant : Cette coupe est la nouvelle alliance en mon sang, qui est répandu pour vous.

 

Valeur de purification.

 

Hébreux 9/13 : Car si le sang des taureaux et des boucs, et la cendre d'une vache, répandue sur ceux qui sont souillés, sanctifient et procurent la pureté de la chair, combien plus le sang de Christ, qui, par un esprit éternel, s'est offert lui-même sans tache à Dieu, purifiera-t-il votre conscience des œuvres mortes, afin que vous serviez le Dieu vivant !

 

Valeur de sanctification (mise à part pour Dieu).

 

Hébreux 13/12 : C'est pour cela que Jésus aussi, afin de sanctifier le peuple par son propre sang, a souffert hors de la porte.

 

Valeur de moyen d’entrée dans la présence de Dieu.

 

Hébreux 10/19 : Ainsi donc, frères, puisque nous avons, au moyen du sang de Jésus, une libre entrée dans le sanctuaire par la route nouvelle et vivante qu'il a inaugurée pour nous au travers du voile, c'est-à-dire, de sa chair.

 

1 Jean 1/7 : Mais si nous marchons dans la lumière, comme il est lui-même dans la lumière, nous sommes mutuellement en communion, et le sang de Jésus son Fils nous purifie de tout péché.

 

Apocalypse 7/14 : Je lui dis : Mon seigneur, tu le sais. Et il me dit : Ce sont ceux qui viennent de la grande tribulation ; ils ont lavé leurs robes, et ils les ont blanchies dans le sang de l'agneau.

 

Valeur de délivrance.

 

Apocalypse 1/5 : de la part de Jésus-Christ, le témoin fidèle, le premier-né des morts, et le prince des rois de la terre ! À celui qui nous aime, qui nous a délivrés (déliés) de nos péchés par son sang.

 

Valeur de victoire sur le diable.

 

Apocalypse 12/11 : Ils l'ont vaincu (l’accusateur des frères) à cause du sang de l'agneau et à cause de la parole de leur témoignage, et ils n'ont pas aimé leur vie jusqu'à craindre la mort.

 

Valeur de nourriture spirituelle pour le chrétien.

 

Jean 6/53 : Jésus leur dit : En vérité, en vérité, je vous le dis, si vous ne mangez la chair du Fils de l'homme, et si vous ne buvez son sang, vous n'avez point la vie en vous-mêmes.

 

1 Corinthiens 10/16 : La coupe de bénédiction que nous bénissons, n'est-elle pas la communion au sang de Christ ? Le pain que nous rompons, n'est-il pas la communion au corps de Christ ?

 

2.3.  Les moyens qui permettent à cette valeur de devenir efficace.

 

La foi.

 

Jean 6/63 : C'est l'Esprit qui vivifie. La chair ne sert de rien. Les paroles que je vous ai dites sont Esprit et vie.

 

La confession de la foi.

 

Romains 10/9 : Si tu confesses de ta bouche le Seigneur Jésus, et si tu crois dans ton cœur que Dieu l'a ressuscité d'entre les morts, tu seras sauvé. Car en croyant du cœur on parvient à la justice, et en confessant de la bouche on parvient au salut, selon ce que dit l'Écriture : Quiconque croit en lui ne sera pas confus.

 

La fidélité et le maintien dans la foi.

 

Hébreux 10/38 : Et mon juste vivra par la foi ; mais, s'il se retire, mon âme ne prend pas plaisir en lui.

 

3.    QUELQUES SITUATIONS QUI ILLUSTRENT LES VERITES DEJA ENONCEES.

 

La matière pouvant illustrer « les effets des bienfaits du sang de Jésus » est abondante.

C’est même le sujet de toute la Bible et son fil conducteur.

Un choix s’impose pour proposer des situations significatives.

 

3.1.  Le sang de l’agneau de la Pâque.

 

Enseignement : Le sang de Jésus purifie, sanctifie et sauve de la condamnation.

 

Exode 12/5 : Ce sera un agneau sans défaut, mâle, âgé d'un an ; vous pourrez prendre un agneau ou un chevreau. Vous l'aurez en garde jusqu'au quatorzième jour de ce mois ; et toute l'assemblée de la communauté d'Israël l'immolera entre les deux soirs. On prendra de son sang et l'on en mettra sur les deux poteaux et sur le linteau (de la porte) des maisons où on le mangera.

 

La situation d’Israël offre un parallèle avec celle de l’homme sans Dieu.

 

Ce peuple, venu en Égypte du temps de Jacob qui rejoignait son fils Joseph, était devenu un peuple d’esclaves, et cela durait depuis environ 400 ans (Exode 12/40).

 

La vie des Hébreux était devenue amère sous le joug d’une rude servitude (1/13-14).

 

Leurs cris étaient montés jusqu’à Dieu (3/7).

 

Dieu avait suscité Moïse pour qu’il les libère, mais après neuf plaies, le cœur du Pharaon demeurait endurci.

 

C’est alors que Dieu décida de la dixième qui serait la mort de chaque premier-né de chaque maison.

 

La parade à cela sera le sang d’un agneau qui servira de signe.

 

Exode 12/13 : Le sang vous servira de signe sur les maisons où vous serez ; je verrai le sang, je passerai au-dessus de vous, et il n'y aura pas sur vous de fléau destructeur, quand je frapperai le pays d'Égypte.

 

Pour que le premier-né des maisons d’Israël ne soit pas touché, il fallait remplir les conditions suivantes :

 

Exode 12/21 : Moïse appela tous les anciens d'Israël et leur dit : Allez prendre du petit bétail pour vos familles, et immolez la Pâque. Vous prendrez ensuite un bouquet d'hysope, vous le tremperez dans le sang qui sera dans le bassin, et vous toucherez le linteau et les deux poteaux (de la porte) avec le sang qui sera dans le bassin. Nul de vous ne sortira de sa maison jusqu'au matin. Quand l'Éternel traversera l'Égypte pour frapper et qu'il verra le sang sur le linteau et sur les deux poteaux, l'Éternel passera par-dessus la porte et ne laissera pas le destructeur entrer dans vos maisons pour (vous) frapper.

 

Le sang de l’agneau attestait du fait que la mort était déjà passée, non sur les premiers-nés, mais sur une victime sacrifiée à leur place.

 

Ce sang était comme une rançon rachetant la vie du premier-né.

 

Il annonce le sang de Jésus.

 

1 Corinthiens 5/7 : Purifiez-vous du vieux levain, afin que vous soyez une pâte nouvelle, puisque vous êtes sans levain, car Christ, notre Pâque, a été immolé.

 

La Pâque signifie « action de passer ».

 

Comme les Hébreux l’ont expérimenté, il y a eu plusieurs passages lors de cette circonstance.

La mort est passée, mais elle les a épargnés car elle était déjà passée sur l’agneau sans défaut.

Puis, ils sont passés, au travers de la Mer Rouge, de l’esclavage à la liberté.

 

Par la foi dans le sang de Christ, sur qui la mort est passée alors que nous la méritions, nous passons de la mort à la vie, des ténèbres à la lumière, de la puissance de Satan à Dieu (Jean 5/24 ; 1 Pierre 2/9 ; Actes 26/18).

 

En échange, nous lui appartenons (Exode 13/2).

 

Nota : le mot hébreu traduit par « signe » est le même que celui qui parlait du signe mis sur Caïn.

 

Il se dit "oth".

 

Cela s'écrit avec les lettres hébraïques que sont « aleph, wav, tav ».

 

Ces consonnes de l'alphabet hébreu ont les sens suivants : bœuf, clou, croix.

 

Elles ont le sens prophétique du sacrifice de la croix. Christ, la victime y a été cloué.

Le grand message à tirer de cet enseignement est le suivant : C'est la croix qui nous préserve de la condamnation.

 

Application exemplaire dans la vie de David.

 

Psaume 51/9 : Purifie-moi avec l'hysope, et je serai pur ; lave-moi, et je serai plus blanc que la neige.

 

L’hysope est l’arbrisseau dont la branche avait servi à pratiquer l’aspersion du sang de la Pâque.

 

En y faisant référence, David invoque l’efficacité et les effets du sang de la rédemption qui est pour nous celui de Jésus.

 

Il purifie de tout péché.

 

Pour qu’il puisse être rendu agissant, il faut que celui qui l’invoque ait une attitude de réelle repentance.

 

Il doit être honnête sans chercher à se justifier en rejetant sa faute sur les autres ou sur les circonstances derrière lesquelles il est souvent aisé de se retrancher.

 

Psaume 51/6 : J'ai péché contre toi seul, et j'ai fait ce qui est mal à tes yeux, en sorte que tu seras juste dans ta sentence, sans reproche dans ton jugement.

 

En résumé, le sang de l’agneau a sanctifié les Hébreux en les mettant à part, il leur a permis d’échapper au jugement.

 

3.2.  Le sang de l’oiseau égorgé pour la purification du lépreux guéri.

 

Enseignement : Le sang de Jésus rend libre.

 

Lévitique 14/5 : Le sacrificateur ordonnera qu'on égorge l'un des oiseaux sur un vase de terre, sur de l'eau vive. Il prendra l'oiseau vivant, le bois de cèdre, le cramoisi et l'hysope ; et il les trempera, avec l'oiseau vivant, dans le sang de l'oiseau égorgé sur l'eau vive.

 

Marc 1/44 : et lui dit : Garde-toi de rien dire à personne ; mais va te montrer au sacrificateur, et offre pour ta purification ce que Moïse a prescrit, afin que cela leur serve de témoignage.

 

L’oiseau égorgé, type de Jésus-Christ.

 

Le rite décrit en images ce qui s’est passé à la croix.

 

Le vase de terre est Christ dans son humanité, l’oiseau vivant et pur est Christ qui est la vie mis à mort pour les pécheurs, l’eau vive est à la fois la Parole de Dieu que Jésus a prononcée jusqu’au bout et l’Esprit Saint dont il était rempli, le bois de cèdre parle du bois de la croix, le cramoisi est la couleur du sang et l’hysope rappelle le sacrifice pascal.

 

Le second oiseau vivant qui est recouvert du sang de celui qui a été mis à mort représente le lépreux lui-même qui est maintenant purifié de sa plaie.

 

Les sept aspersions de sang évoquent les sept paroles de la croix.

 

L’oiseau lâché dans les champs est l’image du lépreux guéri qui est maintenant libéré de son exclusion sociale et spirituelle.

 

Il est aussi l’image du pécheur purifié par le sang de Jésus et qui est rendu libre, à l’exemple même du Seigneur glorieusement ressuscité et enlevé dans les airs pour remonter à la droite de Dieu.

 

Jean 8/36 : Si donc le Fils vous affranchit, vous serez réellement libres.

 

3.3.  Le sang placé sur le propitiatoire.

 

Enseignement : Le sang de Jésus donne une libre entrée dans la présence de Dieu.

 

Nombres 7/89 : Lorsque Moïse entrait dans la tente d'assignation pour parler avec l'Éternel, il entendait la voix qui lui parlait du haut du propitiatoire placé sur l'arche du témoignage, entre les deux chérubins. Et il parlait avec l'Éternel.

 

Exode 33/9 : Et lorsque Moïse était entré dans la tente, la colonne de nuée descendait et s'arrêtait à l'entrée de la tente, et l'Éternel parlait avec Moïse. Tout le peuple voyait la colonne de nuée qui s'arrêtait à l'entrée de la tente, tout le peuple se levait et se prosternait à l'entrée de sa tente.

 

Exode 33/11 : L'Éternel parlait avec Moïse face à face, comme un homme parle à son ami. Puis Moïse retournait au camp ; mais son jeune serviteur, Josué, fils de Nun, ne sortait pas du milieu de la tente.

 

Nombres 12/8 : Je lui parle bouche à bouche, je me révèle à lui sans énigmes, et il voit une représentation de l'Éternel. Pourquoi donc n'avez-vous pas craint de parler contre mon serviteur, contre Moïse ?

 

Dieu se manifestait à Moïse et il lui parlait au-dessus du propitiatoire, entre les chérubins.

 

C’était sur ce couvercle en or de l’arche de l’alliance que du sang était déposé chaque année lors du jour du grand pardon, le jour des expiations.

 

Lévitique 16/15 : Il égorgera le bouc expiatoire pour le peuple, et il en portera le sang au-delà du voile. Il fera avec ce sang comme il a fait avec le sang du taureau, il en fera l'aspersion sur le propitiatoire et devant le propitiatoire.

 

Ce qui était exceptionnel pour Moïse devient maintenant possible par la foi dans le sang de Jésus.

 

Ce sang a ouvert la route du Lieu Très-Saint et nous avons un libre accès auprès du Père.

 

Hébreux 4/16 : Approchons-nous donc avec assurance du trône de la grâce, afin d'obtenir miséricorde et de trouver grâce, pour être secourus dans nos besoins.

 

Le dialogue avec Dieu est possible ainsi que la communion avec lui.

 

Dieu parle sur la base du sang versé lors du sacrifice.

 

C’est même le sang qui parle.

 

Hébreux 12:24 : Jésus est le médiateur d'une nouvelle alliance ; et son sang, celui de l'aspersion, parle mieux que celui d'Abel.

 

Philippiens 4/6 : Ne vous inquiétez de rien ; mais en toute chose faites connaître vos besoins à Dieu par des prières et des supplications, avec des actions de grâces.

 

1 Jean 5/14 : Nous avons auprès de lui cette assurance, que si nous demandons quelque chose selon sa volonté, il nous écoute. Et si nous savons qu'il nous écoute, quelque chose que nous demandions, nous savons que nous possédons la chose que nous lui avons demandée.

 

4.    LES INNOMBRABLES BIENFAITS DU SANG DE JESUS.

 

La personne et le sang de Jésus sont les thèmes essentiels de la Bible.

 

À chacun de se placer sous leurs effets salutaires par le moyen de la foi.

 

Apocalypse 1/5 : À celui qui nous aime, qui nous a délivrés de nos péchés par son sang, et qui a fait de nous un royaume, des sacrificateurs pour Dieu son Père, à lui soient la gloire et la puissance, aux siècles des siècles ! Amen !

 

Romains 4/8 : Heureux l'homme à qui le Seigneur n'impute pas son péché !

 

Actes 20/28 : Prenez donc garde à vous-mêmes, et à tout le troupeau sur lequel le Saint-Esprit vous a établis évêques, pour paître l'Église du Seigneur, qu'il s'est acquise par son propre sang.

 

 

A SUIVRE

 

 

Autorisation du Pasteur D. HEBERT

 

De mettre ses messages sur le site Pasteur Daniel

Sites Etrangers

Connexion

Qui est en ligne

Nous avons 121 invités et aucun membre en ligne

Vinaora Visitors Counter

06162062
Aujourd'hui
Hier
Cette semaine
La semaine précédente
Ce mois ci
Le mois dernier
Tout le temps
8674
11522
31142
5686188
275906
331683
6162062

Your IP: 157.55.39.5
Server Time: 2014-07-22 19:22:50
unregistered template Template by Ahadesign Visit the Ahadesign-Forum and Joomla 1.6 Live Preview