samedi 20 décembre 2014 12:26

Pasteur Daniel

1 A L’EFFICACITE DU SANG DE JESUS-CHRIST.

 

1A L’EFFICACITE DU SANG DE JESUS-CHRIST. (1A) GENERALITES.

 

 

PASTEUR DANIEL HEBERT


 

1.    INTRODUCTION.


 

1  Jean  1/7 :  Mais  si  nous  marchons  dans  la  lumière, comme il est lui-même dans la lumière, nous sommes mutuellement en communion, et le sang de Jésus son Fils nous purifie de tout péché.

 

1 Jean 5/6 : C'est lui, Jésus-Christ, qui est venu avec de  l'eau  et  du  sang  ;  non  avec  l'eau  seulement,  mais avec  l'eau  et  avec  le  sang  ;  et  c'est  l'Esprit  qui  rend témoignage, parce que l'Esprit est la vérité. Car il y en a trois qui rendent témoignage : l'Esprit, l'eau et le sang, et les trois sont d'accord.

 

« C'est lui, Jésus-Christ, qui est venu avec de l'eau et  du  sang,  non  avec  l'eau  seulement,  mais  avec l'eau  et  avec  le  sang  ;  et  c'est  l'Esprit  qui  rend témoignage, parce que l'Esprit est la vérité. Car il y en  a trois qui rendent témoignage dans le ciel  : le Père, la Parole et l'Esprit Saint. Et ces trois sont un. Et il y en a trois qui rendent témoignage sur la terre l'Esprit, l'eau et le sang, et les trois sont d'accord. »

(Bible à la Colombe).

 

Hébreux   10/3 :   Mais   le   souvenir   des   péchés   est renouvelé chaque année par  ces sacrifices  ; car il est impossible que le sang des taureaux et des boucs ôte les   péchés.   C’est   pourquoi  Christ,   entrant   dans  le monde, dit : Tu n’as voulu ni sacrifice ni offrande, mais tu m’as formé un corps.

 

2.    BIENFAITS  FONDAMENTAUX  ET  ESSENTIELS

DE LA VALEUR DU SANG DE JESUS-CHRIST.

 

2.1.   La valeur du sang dans la Bible.

 

Lévitique  17/11 :  Car  l’âme  de  la  chair  est  dans  le sang.  Je  vous  l’ai  donné  sur  l’autel,  afin  qu’il  servît d’expiation  pour  vos  âmes,  car  c’est  par  l’âme  que  le sang fait l’expiation.

 

« Car le sang, c’est la vie de toute créature. Et moi, je vous l’ai donné afin qu’il serve à accomplir sur l’autel le rite d’expiation pour votre vie. En effet c’est parce qu’il représente la vie que le sang sert d’expiation. » (Bible du Semeur)

 

« Car  la  vie  de  la  chair  est  dans  le  sang.  Je  vous  l’ai donné sur l’autel, afin qu’il serve d’expiation pour votre vie,  car  c’est  par  la  vie  que  le  sang  fait  l’expiation. »

(Bible à la Colombe)

 

« Car la vie d’une créature est dans le sang, et moi, je vous  l’ai  donné,  sur  l’autel,  pour  l’absolution  de  votre vie. En effet, le sang procure l’absolution parce qu’il est la vie. » (T.O.B.)

 

« C’est dans le sang  que réside la vie d’une créature. Le Seigneur vous autorise à utiliser le sang sur l’autel pour obtenir le pardon en votre faveur ; en effet le sang permet  d’obtenir  le  pardon  parce  qu’il  est  porteur  de vie. » (Bible en français courant)

 

Sang : Liquide   vital   circulant   dans   le   corps,   si indispensable  à  son  existence  qu'on  peut  dire  :  la  vie réside dans le sang (Lévitique 17.11, 14) ou : le sang,


c'est la vie (Deutéronome 12.23) ce fait n'empêche pas

le   psalmiste   d'attribuer   également   au   souffle   de l'Éternel la vie des animaux (Psaume 104.30).


Le sang représentait la vie, si sacrée pour Dieu que le sang  d'Abel  assassiné  put  être  décrit  comme  criant

vengeance de la terre à Dieu (Genèse 4.10).


Selon  la  Loi,  la  mort  est  la  sanction  du  péché.  Pour obtenir le pardon il était indispensable de sacrifier la vie

d'un  substitut,  préfiguration  du  sacrifice  du  Calvaire.


(Hébreux 9.22 ; Lévitique 17.1-14 ; Deutéronome 12.27

On  en  faisait  aussi  l'aspersion  ou  l'application  sur  la personne   et   les   objets   q

ue   l'on   voulait   purifier.


(Lévitique 8.23, 30 ; Exode 24.8 ; Hébreux 9.18-22).


Par  ce  symbole,  le  sacrificateur  disait  en  somme  à l'Éternel : « L'homme (ou le peuple) que je représente

aurait dû mourir à cause de son péché.


Mais  le  sang  que  voici  prouve  qu'une  victime  a  été offerte  à  sa  place.  Ta  loi  est  satisfaite.  Veuille  donc pardonner selon ta promesse. »

Dans le N.T., les expressions : sang de Jésus, sang de

Christ,  sang  de  l'Agneau,  sang  de  l'alliance,  sang  de l'aspersion,  sont  des  métaphores  représentant  la  mort expiatoire de Jésus,

sans laquelle il ne peut y avoir de salut.

(Dictionnaire biblique).

 

2.2.   La valeur du sang de Jésus. Valeur de langage.

 


Hébreux  12/24 :  vous  vous  êtes  approchés  de  Jésus qui est le médiateur de la nouvelle alliance, et du sang de l’aspersion qui parle mieux que celui d’Abel.

 

Valeur de l’amour de Dieu.

 

Le  sang  de  Jésus  étant  celui  de  son  sacrifice,  il représente l’amour de Dieu envers les pécheurs.

 

Le  sang  de  Jésus  ayant  été  versé  pour  servir  de rançon,  il  représente  aussi  l’exigence  absolue  de  la justice  de  Dieu  qui  ne  pouvait  pas  se  satisfaire  d’un paiement relativement parfait.

 

Valeur de substitution.

 

1 Corinthiens  15/3  : Je  vous  ai  enseigné  avant  tout, comme  je  l'avais  aussi  reçu,  que  Christ  est  mort  pour nos péchés, selon les Écritures.

 

Valeur de justification.

 

Romains 5/9 : A plus forte raison donc, maintenant que nous   sommes   justifiés   par   son   sang,   serons-nous sauvés par lui de la colère.

 

Valeur  de  rédemption  (de  rachat  en  rapport  avec  le

domaine judiciaire).

 

Éphésiens 1/7  : En  lui  nous  avons  la  rédemption  par son sang, la rémission des péchés, selon la richesse de sa grâce.

 

1  Pierre  1/18  : sachant  que  ce  n'est  pas  par  des choses périssables, par de l'argent ou de l'or, que vous avez  été  rachetés  de  la  vaine  manière  de  vivre  que vous  aviez  héritée  de  vos  pères,  mais  par  le  sang

précieux de Christ, comme d'un agneau sans défaut et sans tache.

 

Apocalypse  1/5 :…Jésus-Christ,  le  témoin  fidèle,  le premier-né des morts, et le prince des rois de la terre ! A  celui  qui  nous  aime,  qui  nous  a  délivrés  (déliés, libérés, lavés) de nos péchés par son sang, et qui a fait de nous un royaume, des sacrificateurs pour Dieu son Père, à lui soient la gloire et la puissance, aux siècles des siècles ! Amen !

 

Apocalypse   5/9   : Et   ils   chantaient   un   cantique nouveau, en disant : Tu es digne de prendre le livre, et d'en ouvrir les sceaux ; car tu as été immolé, et tu as racheté pour Dieu par ton sang des hommes de toute tribu,  de  toute  langue,  de  tout  peuple,  et  de  toute nation.

 

Valeur  de  rapprochement  et  de  réconciliation  entre

Dieu et les hommes et les hommes entre eux.

 

Éphésiens 2/13  : Mais  maintenant,  en  Jésus-Christ, vous qui étiez jadis éloignés, vous avez été rapprochés par le sang de Christ.

 

Colossiens 1/20 : il a voulu par lui réconcilier tout avec lui-même,  tant  ce  qui  est  sur  la  terre  que  ce  qui  est dans les cieux, en faisant la paix par lui, par le sang de sa croix.

 

Valeur d’alliance.

 

Luc 22/20 : Il prit de même la coupe, après le souper, et la leur donna, en disant : Cette coupe est la nouvelle alliance en mon sang, qui est répandu pour vous.

 

Valeur de purification.

 

Hébreux 9/13  : Car  si  le  sang  des  taureaux  et  des boucs, et la cendre d'une vache, répandue sur ceux qui sont  souillés,  sanctifient  et  procurent  la  pureté  de  la chair, combien plus le sang de Christ, qui, par un esprit éternel,   s'est   offert   lui-même   sans   tache   à   Dieu, purifiera-t-il  votre  conscience  des  œuvres  mortes,  afin que vous serviez le Dieu vivant !

 

1    Pierre    1/2 :    Dieu,    le    Père,    vous    a    choisis conformément au plan qu’il a établi d’avance ; il vous a mis  à   part,  grâce   à  l’Esprit   Saint,  pour   que  vous obéissiez à Jésus-Christ et que vous soyez purifiés par son   sang.   Que   la   grâce   et   la   paix   vous   soient accordées avec abondance.

 

Valeur de sanctification (mise à part pour Dieu).

 

Hébreux 13/12 : C'est pour cela que Jésus aussi, afin de sanctifier le peuple par son propre sang, a souffert hors de la porte.

 

Valeur de moyen d’entrée dans la présence de Dieu.

 

Hébreux 10/19  : Ainsi  donc,  frères,  puisque  nous avons,  au  moyen  du  sang  de  Jésus,  une  libre  entrée dans le sanctuaire par la route nouvelle et vivante qu'il a inaugurée pour nous au travers du voile, c'est-à-dire, de sa chair.

 

1  Jean  1/7  : Mais  si  nous  marchons  dans  la  lumière, comme il est lui-même dans la lumière, nous sommes mutuellement en communion, et le sang de Jésus son Fils nous purifie de tout péché.

 

Apocalypse 7/14 : Je lui dis : Mon seigneur, tu le sais. Et  il  me  dit  :  Ce  sont  ceux  qui  viennent  de  la  grande tribulation  ;  ils  ont  lavé  leurs  robes,  et  ils  les  ont blanchies dans le sang de l'agneau.

 

Valeur de délivrance.

 

Apocalypse 1/5 : de la part de Jésus-Christ, le témoin fidèle, le premier-né des morts, et le prince des rois de la  terre  !  À  celui  qui  nous  aime,  qui  nous  a  délivrés

(déliés) de nos péchés par son sang.

 

Valeur de victoire sur le diable.

 

Apocalypse  12/11  : Ils  l'ont  vaincu  (l’accusateur  des frères) à cause du sang  de  l'agneau  et  à  cause  de  la parole de leur témoignage, et ils n'ont pas aimé leur vie jusqu'à craindre la mort.

 

Valeur de nourriture spirituelle pour le chrétien.

 

Jean 6/53 : Jésus leur dit : En vérité, en vérité, je vous le dis, si vous ne mangez la chair du Fils de l'homme, et si vous ne buvez son sang, vous n'avez point la vie en vous-mêmes.

 

Jean 6/63 : C’est l’esprit qui vivifie ; la chair ne sert de rien. Les paroles que je vous ai dites sont esprit et vie.

 

1  Corinthiens  10/16  : La  coupe  de  bénédiction  que nous  bénissons,  n'est-elle  pas  la  communion  au  sang de  Christ  ?  Le  pain  que  nous  rompons,  n'est-il  pas  la communion au corps de Christ ?

 

2.3.   Les  moyens  qui  permettent  à  cette  valeur  de

devenir efficace.

 

La foi.

 

Jean 6/63 : C'est l'Esprit qui vivifie. La chair ne sert de rien. Les paroles que je vous ai dites sont Esprit et vie.

 

La confession de la foi.

 

Romains 10/9  : Si  tu  confesses  de  ta  bouche  le Seigneur Jésus, et si tu crois dans ton cœur que Dieu l'a ressuscité d'entre les morts, tu seras sauvé. Car en croyant   du   cœur   on   parvient   à   la   justice,   et   en confessant de la bouche on parvient au salut, selon ce que  dit  l'Écriture  :  Quiconque  croit  en  lui  ne  sera  pas confus.

 

La fidélité et le maintien dans la foi.

 

Hébreux 10/38 : Et mon juste vivra par la foi ; mais, s'il se retire, mon âme ne prend pas plaisir en lui.

 

 

 

 

L’EFFICACITE DU SANG DE JESUS-CHRIST. (1B)

 

 

 

3.    QUELQUES  SITUATIONS  QUI  ILLUSTRENT

LES VERITES DEJA ENONCEES.

 

La matière pouvant illustrer le fait de l’efficacité du sang de Jésus est abondante.

 

C’est  même  le  sujet  de  toute  la  Bible  et  son  fil conducteur.

 

Un  choix  s’impose  pour  proposer  des  situations significatives.

 

3.1.   LE SALUT DE RAHAB PAR LE MOYEN DE

SA FOI.

 

Hébreux 11/31 ; Josué 2/18 ; 6/22.

 


3.2.   PRESENTATION.

 

Le salut de cette femme et de sa famille ne tenait qu'à un fil !

 

Un  fil,  c'est  peu  de  chose,  cependant,  malgré  sa fragilité, il peut être à l'origine de bien des choses.

 

Par  un  fil,  un  contact  et  une  communication  sont établis (fil électrique ou téléphonique).

 

Le  fil  évoqué  dans  ce  récit  est  particulier  à

cause de sa signification symbolique.

 

Il est rouge ou écarlate selon les traductions.

 

Sa couleur rappelle celle du sang.

 

Celui  qui  est  annoncé  par  son  moyen  est  celui  de

Christ.

 

C'est    par    lui    que    l'homme    échappe    à    la condamnation.

 

3.3.   LA SITUATION DE RAHAB.

 

  •                                                             Son nom, « Rahab », signifie "large."

 

Il suggère  l'esprit   large   de  ce   monde  et   sa tolérance morale et spirituelle.

 

C'est une largeur de mauvais aloi qui conduit plutôt à vivre à l'étroit.

Le péché semble élargir la vie et l'horizon, mais son résultat est à l'inverse du but recherché.

 

  •                                                                              Sa résidence.

 

Elle vivait sur le rempart de Jéricho.

 

Cette  ville  symbolise  toute  la  résistance  que  les hommes  opposent  à  un  Dieu  qui  leur  propose  la paix  (Deutéronome  20/10  ;  Josué  11/19  ;  Josué

6/1).


 

Citoyenne de Jéricho, elle loge dans sa muraille où elle a élu domicile.

 

Si  rien  ne  se  passe,  elle  est  condamnée  à  périr avec les rebelles.

 


  •                                                                     Ses « activités ».

 

 

C'est une femme prostituée.


Pour   Dieu,   toute   idolâtrie   est   une   forme   de prostitution spirituelle (Jérémie 3/1 ; Osée 1/2).

 

Celui  qui  se  livre  au  péché  se  vend  à  lui  pour  un gain qu'il ne reçoit pas, car son salaire, c'est la mort

(Jean 8/34 ; Romains 7/14).

 


3.4.   LA FOI DE RAHAB.

 

Ce n'est pas le fil ni sa couleur qui par eux-mêmes ont  eu  le  pouvoir  de  lui  permettre  d'échapper  à  la destruction de la ville et à la mort.

 

Prétendre cela serait de la superstition.

Ce  qui  est  important,  c'est  le  fait  d'avoir  eu  la

foi.

 

Or,  la  foi  n'est  pas  une  notion  religieuse  vague  et floue.

 

C'est  une  réalité  précise  dont  Rahab  a  perçu  les dimensions essentielles.

 

Certains verbes du récit en sont les pivots.

 

Ils montrent  qu'elle  a  manifesté  sa  foi  par  des œuvres (Jacques 2/25).

 


  •                                                          Apprendre et connaître ce qu’il y a à croire.

 

« Nous avons appris » (Josué 2/10).

 

La foi vient de ce que l'on entend.

 

Rahab   et   les   autres   habitants   de   Jéricho   ont entendu parler de la puissance de Dieu qui a mis la Mer Rouge à sec.

 

A   partir   de   là,   elle   en   est   arrivée   à   des

certitudes.

 

« ELLE SAIT » (2/9).

 

Elle sait qu'il y aura un jugement.

 

Elle sait que le Dieu d'Israël est le seul Dieu (2/11).

 

A  propos  de  Dieu,  du  Christ,  de  la  Bible,  nous avons aussi des certitudes.

 

« Je sais en qui j'ai cru » (2 Timothée 1/12).

 

Nous  avons  des  certitudes  sur  l'amour  de  Dieu,  la venue  de  Jésus,  sa  mort,  sa  résurrection  et  son

 

 

pouvoir actuel (1 Jean 2/3 ; 2/5 ; 2/11 ; 2/20 ; 5/11 ;

5/13).


  •                                                                       Demander.

 

« Donnez-moi » (Josué 2/13).

 

Elle demande l'assurance d'être sauvée. Sa foi va donc au-delà de la crainte.

Elle sait qu'il y aura un jugement s'il n'y a pas de repentance,  mais aussi qu'il est possible de lui échapper.

 

Elle a donc la foi dans la miséricorde de Dieu.

 

Elle demande de connaître le moyen par lequel elle pourra être sauvée avec les siens, dans la mesure où ils accepteront d'y croire aussi.

 

  •                                                                            Recevoir.

 

« Elle reçut   les   espions   ou   les   envoyés »

(Hébreux 11/31).

 

Ces envoyés d'Israël permettaient de tester l'accueil fait à leur Dieu par les habitants de Jéricho.

 

En cherchant à les tuer, ils manifestent leur hostilité.

 

Dieu est reçu  en proportion de l'accueil  qui est réservé à ceux qu'il envoie.

 

Jésus est le grand envoyé du Père.

 

Celui qui le reçoit, reçoit celui qui l'a envoyé (Jean

12/44).

 

Celui  qui  ne le  reçoit  pas  rejette aussi celui qui  l'a envoyé.


  •                                                                                  Attacher.

 

« Attache ce cordon de fil cramoisi à la fenêtre »

(Josué 2/18).

 

Ce verbe dit bien ce qu'il veut dire.

 

En plus, il complète ce que le mot fil suggère. Un fil sert à lier et à relier ce qui est séparé.

 

La  foi  véritable  consiste  dans  un  attachement  à

Dieu, à son Fils, à la vérité, à la Bible, à son

Eglise.


La foi consiste à croire sur parole ce que Dieu a dit.

 

Tout  repose  sur  la  loyauté  et  sur  la  fidélité  de

Dieu (Josué 2/14).

 

  •                                                                        Ne pas périr.

 

« Elle  ne  périt  pas  avec  les  rebelles »  (Hébreux

11/31).

 

Le parallèle se trouve dans Jean 3/16 :

 

« Afin  que  quiconque  croit  en  lui  ne  périsse  pas mais qu'il ait la vie éternelle. »

 

La Bible à la Colombe traduit : « Elle ne périt pas avec les non-croyants. »

 

La véritable rébellion, c'est le fait de ne pas vouloir croire (Marc 16/16 ; voir 1 Samuel 15/23).

 

3.5.   LA REMUNERATION DE LA FOI.

 

« Josué laissa la vie à Rahab et à la maison de son père » (Josué 6/25).

 

Sa  famille  a  eu  la  même  foi  que  la  sienne  en obéissant   à   son   tour   aux   consignes   qu'elle   a transmises.

 

« Elle a habité au milieu d'Israël. »

 

La   foi   intègre   au   peuple   de   Dieu   ceux   qui   la possèdent.

 

« Salmon  engendra  Boaz  de  Rahab »  (Matthieu

1/5).

 

Rahab est entrée dans la généalogie de David et de

Jésus-Christ.

 

Elle demeure donc une référence, malgré ce qu'elle avait été, de la puissance de la grâce de  Dieu  qui peut agit là où elle trouve la foi.

 

 

Si  quelqu'un  sortait  de  la  maison  de  Rahab,  il  ne

pourrait pas être sauvé.

 

Il  ne  faut  donc  pas  abandonner  notre  assurance, sous  peine  de  perdre  le  salut  dont  il  ne  faut  pas sortir (Hébreux 2/3).

 

La fenêtre permet de regarder vers l’extérieur, et ce regard doit être sanctifié.

 

Rahab   n'avait   que   les   paroles   des   envoyés

auxquelles s'attacher.

 

 

 

A SUIVRE

 


Autorisation du Pasteur D. HEBERT

 

De mettre ses messages sur le site Pasteur Daniel 

 

 

 

 

Bordeaux le dimanche 22 août 2004. Daniel Hébert.

Sites Etrangers

Connexion

Qui est en ligne

Nous avons 138 invités et aucun membre en ligne

007551462
Aujourd'hui
Hier
Cette semaine
La semaine précédente
Ce mois ci
Le mois dernier
Tout le temps
5735
11122
70220
7401030
219826
407834
7551462

Your IP: 165.214.11.76
Server Time: 2014-12-20 12:13:51
unregistered template Template by Ahadesign Visit the Ahadesign-Forum and Joomla 1.6 Live Preview