vendredi 21 novembre 2014 21:01

Pasteur Daniel

06 INSPIRATION ET AUTORITE DES SAINTES ECRITURES : LA PLACE DU SAINT-ESPRIT

 

06 INSPIRATION ET AUTORITE DES SAINTES ECRITURES

Pasteur  J.M. THOBOIS

04 - LA PLACE DU SAINT-ESPRIT DANS LA REVELATION ET DANS L'INSPIRATION

Nous avons déjà vu précédemment, qu'il fallait, en matière d'inspiration, distinguer ces deux éléments : révélation et inspiration. Nous verrons maintenant l'œuvre du Saint-Esprit dans la révélation, dans l'inspiration, au travers de l'Ancien Testament.

Ici, nous trouverons ces termes de "révélation" et "d'inspiration" au sens un peu élargi, c'est-à-dire que nous ne nous bornerons pas seulement aux textes bibliques, aux textes écrits, mais nous déborderons un peu sur le sujet.

Place du Saint-Esprit dans l'Ancien Testament

Nous avons vu que dans l'Ancien Testament, il fallait mettre en évidence, l'œuvre du Père, du Soigneur Dieu. C'est lui que nous trouvons dans le sens de la révélation de l'Ancien Testament, contrairement à ce qui se produira dans le Nouveau Testament, où le Fils, tout d'abord pendant son passage sur la terre et ensuite le Saint-Esprit, seront les sources de la révélation de Dieu. Donc, dans l'Ancien Testament, c'est le Fère qui est la source de la révélation et le Saint-Esprit à l'arrière plan.

Il sera comme l'instrument dont le Père se servira pour accomplir son plan, son œuvre; il n'aura pas l'initiative contrairement à ce qui se passe dans le livre des Actes par exemple où le Saint-Esprit parle ("que l'on mette à part Paul et Barnabas"), où il ne permet pas ("à Paul de se rendre en Bithynie") etc..

Dans l'Ancien Testament le Saint-Esprit n'a pas encore cette initiative et cependant on y trouve, en germe, toutes les œuvres qu'il accomplira dans le Nouveau Testament et qu'il accomplira aussi après l'époque du Nouveau Testament, dans les manifestations du Saint-Esprit, telles que nous pouvons les connaître aujourd'hui.

D'autre part; et il y a là une différence à préciser, dans le Nouveau Testament le Saint-Esprit est accordé à tous les croyants sans exception (Pierre dira : la promesse est pour tous), alors que dans l'Ancien Testament, les hommes qui ont le privilège d'être visités par l'Esprit de Dieu sont un nombre restreint. Dans l'Ancien Testament, le Saint-Esprit aura un ministère caché

Le Saint-Esprit et la création

Nous allons voir tout d'abord, un certain nombre d'exemples qui illustrent ce principe général que je viens de vous donner :

- Dans le récit de la création (Genèse 1/1) : "Au commencement, Dieu créa le ciel et la terre... et l'Esprit de Dieu se mouvait au-dessus des eaux. Dieu dit : Que la lumière soit ! Et la lumière fut !" Ici nous avons le schéma général défini plus l.aut.

La source de la création, c'est tout d'abord le Seigneur qui va agir au moyen de sa Parole. Dans cette œuvre de la création, c'est la Parole de Dieu qui va être l'agent actif et nous retrouverons cela dans bien d'autres domaines et en particulier dans le domaine de la révélation.

Cependant nous trouvons aussi l'Esprit de Dieu. "L'Esprit de Dieu se mouvait sur les eaux" ou encore "le souffle de Dieu"; en hébreu ou en grec, le mot "esprit" peut aussi se traduire par "vent" ou par "souffle".

Le souffle de Dieu était à l'œuvre au-dessus des eaux; il était avec le Seigneur, agissant avec lui, comme véhicule de cette parole de puissance qui va aboutir à la création du monde. L'Esprit est en quelque sorte l'intermédiaire qui va vivifier cette parole, le souffle de Dieu, c'est la puissance de cette parole dans la création. Job dira: "Son souffle donne au ciel sa sérénité" (Chcp. 26 v.13).

- Nous verrons maintenant l'œuvre de l'Esprit avant la grande révélation de Dieu à Moïse. Genèse 6/3 : "Alors, l'Eternel dit : Mon Esprit ne restera pas à toujours dans l'homme" (traduction assez contestable, puisque le mot hébreu signifie dans un premier temps habiter, rester, demeurer, et dans un deuxième temps : juger, contester.

Je pense eue c'est cette traduction qui est la meilleure : il nous est dit que cet esprit ne sera pas toujours avec l'homme. Lorsque le Seigneur retire son Esprit, les êtres retournent à la poussière, ils meurent.

C'est l'Esprit de Dieu qui accorde la vie et nous voyons encore ici, qu'il est comme le véhicule de la puissance de Dieu, comme l'intermédiaire par lequel le Seigneur va transmettre ce qu'il veut aux hommes; ici, la vie, en quelque sorte, et plus tard, sa révélation.

Le Saint-Esprit et la Schrena

Il nous faut maintenant, (puisque nous avons souligné que ce mot peut être traduit par : habiter, demeurer, rester) introduire une notion qui est capitale dans l'Ancien Testament pour les Juifs, jusqu'à aujourd'hui, c'est la notion de "schrena".

C'est un mot intraduisible, et pour rendre une certaine partie de l'idée, on le traduit, en général, par "présence de Dieu". La "schrena" c'est, en quelque sorte, l'habitation de Dieu au milieu des hommes, comme au travers d'une tente et cela d'une façon absolument permanente.

Il y a plusieurs mots, en hébreu, qui signifient : rester, en particulier un dont le sens est s demeurer d'une façon intermittente et comme un étranger; mais le verbe dont est tiré le mot "schrena", signifie, à l'inverse : demeurer d'une façon définitive, habiter pour ne plus quitter un lieu; celui qui "schoren" dans un certain endroit, en est l'hôte habituel, celui à qui appartient la région dans laquelle il demeure, il en est le propriétaire.

Donc, lorsque le Seigneur dit que son Esprit ne séjournera pas, ne restera pas toujours avec l'homme, il montre par là, en quelque sorte, qu'il ne se sent plus chez lui au milieu des hommes.

Et pourtant, le plan de Dieu, son dessein, c'est d'habiter au milieu des hommes, et toute la révélation de Dieu sera cette tentative, cet effort, pour retrouver cette habitation qu'il a été contraint d'abandonner à cause du péché de l'homme.

Cette habitation de Dieu au milieu des hommes, elle se fera au travers de son Esprit. C'est l'Esprit du Seigneur (cela nous est dit en toutes lettres dans ce passage) qui sera cet intermédiaire au travers duquel il va s'efforcer d'habiter au milieu des hommes.

Vous trouvez, dans l'Ancien Testament et dans le Nouveau, toutes sortes de développements de cette idée : la. nuée qui habitait dans le tabernacle dressé dans le désert, était une image de la "schrena" (d'ailleurs la notion de "schrena" dans la traduc­tion juive, vient de là).

Nous retrouvons cette même nuée, dans le temple de Salomon, le jour de la dédicace, au point que les sacrificateurs ne peuvent entrer à cause de cette nuée qui demeure sur le temple. C'est cette schrena que le prophète Ezéchiel verra quitter le temple lorsque le Seigneur lui a montré en vision.

C'est vraisemblablement cette même notion que nous trouvons lorsque le Seigneur se tient sur la montagne de la transfiguration et qu'une nuée le couvre, et c'est peut-être la même image oui nous sera donnée lors de son ascension.

L'apôtre Jean, dans son prologue, nous dira que Jésus, le Fils de Dieu, a été la révélation de la présence de Dieu au milieu des hommes, la révélation de la "schrena". Il dira : "la Parole a été faite chair et elle a habité parmi nous", et le terme grec qui est employé pour dire : "a habité parmi nous" est exactement la traduction de ce mot.

Lorsque Jésus va quitter ses disciples, dans les discours d'adieux qu'il prononce avant la crucifixion, il représentera la Saint-Esprit comme cet être divin qui viendra pour demeurer avec les disciples, précisément comme devait le faire "la schrena" de Dieu sur le tabernacle.

Et lorsque l'apôtre Paul, dans l'épître aux Ephésiens, évoquera l'Eglise comme un temple de Dieu, il dira que les chrétiens qui forment les pierres de cet édifice spirituel, doivent constituer une habitation de Dieu en esprit, ou encore, par son Esprit. Autrement dit, le Saint-Esprit est la révélation de la présence de Dieu après le départ du Seigneur Jésus.

Esprit et Parole

Dans l'Ancien Testament, par contre, il y a, comme nous l'avons déjà dit, la Parole de Dieu, au centre de la révélation. Dans la révélation de Dieu sur le mont Sinaï il y aura certes la présence de Dieu manifestée au travers de la nuée, des éclairs, des tonnerres, etc.. le peuple aura une vision (le "hazon"), et il entendra également la voix de Dieu.

Ce sera donc une véritable vision dans le sens où nous l'avons défini précédemment. Tout le peuple sera ainsi au bénéfice de la révélation prophétique, mais l'intermédiaire indispensable pour la communication de cette révélation, sera un homme rempli du Saint-Esprit, Moïse.

Le Seigneur choisira Moïse, non pas par un choix arbitraire, mais parce que Moïse, à l'inverse du peuple, est un homme de l'Esprit, un homme sur lequel l'Esprit de Dieu repose. Et quand Moïse sera sur le point de mourir et qu'il priera le Seigneur de bénir ce peuple qu'il est sur le point de quitter, il demandera que le Dieu des esprits de toute chair, établisse sur eux, un homme qui entre et qui sorte, afin que les enfants d'Israël ne soient pas comme des brebis sans berger.

Et Dieu répondra à cette prière de Moïse en lui disant : "Prends Josué, fils de Nun, homme sur qui repose l'Esprit de Dieu". Donc, la condition indispensable pour recevoir la révélation de Dieu et pour être cet intermédiaire, était d'être un homme de l'Esprit ;

non pas que la source de la révélation soit l'Esprit de Dieu, et le fait que Moïse, Josué et les prophètes soient des hommes sur lesquels l'Esprit de Dieu repose, ne le leur communique pas la révélation, mais la source va être le contact avec Dieu et la communication de la Parole de Dieu; et cette communication de la Parole sera faite par l'Esprit de Dieu. L'Esprit de Dieu sera l'intermédiaire et c'est par lui que la Parole pourra parvenir jusqu’aux prophètes.

Aussi longtemps que l'homme de Dieu n'est pas rempli du Saint Esprit, il est aveugle et sourd à la voix de Dieu et à la révélation. L'exemple le plus caractéristique est celui d'Esaïe, au moment de sa vision de la gloire de Dieu dans le temple, avant que le séraphin vienne toucher ses lèvres pour le purifier, il voyait certes la vision de Dieu, il entendait le chant des créatures célestes qui étaient autour du trône, mais il n'entendait pas la voix de Dieu. Cela ne veut pas dire que Dieu ne parlait pas et le texte nous laisse supposer le contraire, mais avant cette expérience, Esaïe était incapable de reconnaître et d'entendre la voix de Dieu.

Esprit et sagesse

L'Esprit du Seigneur va, donc être accordé à l'homme de Dieu pour qu'il soit capable de reconnaître la voix et la pensée de Dieu, et cette possibilité, cette connaissance, sera définie par ce que nous traduisons, en général, par "la sagesse". L'Esprit de Dieu, dans Esaie sera défini comme "l'Esprit de sagesse", ce qui n'est pas un esprit comme nous l'entendons généralement, c'est-à-dire une habileté à débrouiller des situations compliquées, à comprendre certaines choses difficiles; la sagesse dans le sens du terme, c'est une capacité surnaturelle donnée par l'Esprit de Dieu pour connaître les choses de Dieu.

C'est exactement dans ce sens là que l'apôtre Paul pourra dire aux Corinthiens qui se van-talent d'être sages, selon la sagesse du monde, que les apôtres, eux, sont animés d'une sagesse qui n'est pas la sagesse du monde, mais qui est celle qui est communiquée par le Saint-Esprit et qui leur permet de sonder, même les profondeurs de Dieu. L'Esprit de sagesse, c'est exactement cela : cette capacité qui est communiquée aux prophètes, aux hommes de Dieu, dans l'Ancien et dans le Nouveau Testament, de sonder le secret de Dieu.

Il est dit dans le prophète Amos que "le Seigneur ne fait rien sans avoir révélé ses secrets à ses serviteurs les prophètes"; et 1'apôtre Pierre nous dira "que les prophètes qui ont prophétisé concernant la grâce qui nous a été faite, ont fait de ce salut l'objet de leurs recherches et de leurs investigations".

Il y a donc des recherches et des investigations prophétiques qui sont rendues possibles par la présence de l'Esprit de Dieu-sur ceux qui ont été choisis par Dieu. Cet esprit de sagesse les rend capables de se diriger, de connaître, d'agir selon la volonté de Dieu, de révéler au peuple la Parole de Dieu comme Dieu le veut, exactement comme le Seigneur la leur a révélée.

L'Esprit du Seigneur, quand il vient sur un homme ne vient pas pour lui révéler obligatoirement le secret de Dieu; dans un premier temps, il va le mettre à part afin de le préparer, de le rendre sensible à la volonté de Dieu afin que Dieu, s'il le désire par la suite, puisse l'utiliser pour révéler à son peuple ses secrets, pour parler à son peuple, ou au contraire lorsqu'il s'agira d'un juge ou d'un roi, pour délivrer son peuple, lui communiquant une force physique parfois surnaturelle : la venue de l'Esprit de Dieu sur Samson lui a communiqué une force physique extraordinaire.

Les juges seront ainsi revêtus de l'Esprit avant d'être rendus capables d'accomplir la tâche de délivrance d'Israël. Au moment où Jephté sonne de la trompette dans la montagne d'Ephraïm, l'Esprit du Seigneur vient sur lui et le rend capable d'accomplir la délivrance d'Israël.

Ces manifestations de la grâce de Dieu, que ce soit la Parole, la force, que ce soit 1'inspiration, ne sera pas communiquée, dans l'Ancien Testament, par le Saint-Esprit car, nous l'avons déjà dit : la source est en Dieu, hais le Saint-Esprit va être l'agent qui va transmettre ces grâces à celui qui en est le bénéficiaire et que Dieu a choisi.

Cette réception du Saint-Esprit sera souvent, dans l'Ancien Testament, consécutive à un contact avec Dieu, contrairement à ce qui se passera dans le Nouveau Testament.

Dans le Nouveau Testament, il y a tout d'abord un revêtement de puissance : le baptême du Saint-Esprit, et ensuite, la révélation peut être communiquée, si le Seigneur le désire. Ensuite les charismes ou dons spirituels peuvent être donnés, puis des ministères peuvent être établis. Dans l'Ancien Testament c'est le contraire : il y a d'abord un contact avec Dieu et comme résultat de ce contact, la venue de 1'esprit sur celui qui était tout d'abord désigné.

Quand Moïse deviendra-t-il un homme de l'esprit ? Après avoir rencontré Dieu dans le buisson ardent, quand Gédéon est-il rempli de l'Esprit ? Quand fait-il des expériences spirituelles ? Après la visite de l'ange, laquelle visite est tout à fait inopinée, rien ne l'a laissée prévoir, et voici que l'ange le salue et lui dit : "L'Eternel est avec toi, vaillant héros !" Et Gédéon répondra: "Moi vaillant héros, mon Seigneur ..." Mais l'ange lui dira : "Va avec la force que tu as", cette force qui t'est communiquée à l'instant.

Le prophète Jérémie reçoit l'Esprit de Dieu, au moment où il a le contact avec le Seigneur, dans la vision inaugurale de son ministère; là encore, cela vient d'une façon tout à fait surprenante, il ne s'y attend pas et il est si surpris lorsque le Seigneur l'appelle qu'il dira : "mais je suis un enfant, je ne sais pas parler", il trouvera toutes sortes d'objections mais comme conséquence de ce contact avec Dieu, l'Esprit du Seigneur vient sur lui.

Il en est de même d'Ezéchiel après la vision du char de l'Eternel, l'Esprit va venir en lui et l'agiter, parfois il sera malade, pendant plusieurs jours muet, à la suite dé cette Visitation dont il a été l'objet.

Le prophète Daniel aussi, connaîtra cette même expérience et lorsqu'il sera visité par le Seigneur, sa première réaction sera de tomber comme mort au pied de l'ange (ce sera la même expérience que fera Jean dans l'Apocalypse) jusqu'à ce eue l'ange le touche et que la force de Dieu vienne en lui comme résultat de cet attouchement, donc le contact avec Dieu, dans l'Ancien Testament, entraîne une visitation du Saint-Esprit et une venue de l'Esprit sur celui qui a été ainsi visité.

Le Saint-Esprit et les songes

Nous pourrions maintenant prendre quelques exemples et le premier sera celui de Joseph, le fils de Jacob (Genèse 41/33) : Je ne reviens pas sur l'histoire de Joseph, Dieu était avec lui, c'était un homme de visions; alors qu'il était encore jeune, il eut des songes qui l'avaient conduit à tous les déboires qu'il devait connaître par la suite, parce que manquant de sagesse, il s'était empressé de les raconter, lais le fait qu'il avait eu ce contact avec Dieu dans ses songes, avait déjà fait de lui un homme de l'Esprit, et lorsque les deux serviteurs de Pharaon qui sont avec lui dans la prison vont avoir des songes, Joseph va être surnaturellement capable de les interpréter.

Pourquoi ? A cause de la sagesse qui est la sienne. Plus tard il sera conduit à expliquer les songes de Pharaon, et voici qu'après l'interprétation de ces sones, Pharaon va donner l'explication suivante de cette capacité qui est la sienne (Chap. 41/3 8) "Trouverions-nous un homme comme celui-ci, ayant en lui l'Esprit de Dieu ?"

La capacité d'interpréter les songes lui vient, non pas comme les sages de l'Egypte, ni comme les faux prophètes par des techniques incantatoires, divinatoires, donc magiques, diaboliques, mais cette capacité lui vient d'une sagesse; il est un sage, et Daniel, qui aura la même capacité qui lui sera aussi communiquée par l'Esprit de Dieu, sera appelé par Nebucadnetsar : un sage.

En lui, dira le roi, réside la sagesse des dieux saints. Pourquoi ? Parce que l'Esprit du Seigneur lui donne la possibilité de comprendre les choses cachées, de comprendre le secret de Dieu au travers des événements.

Par exemple, dans le songe du Pharaon (des vaches grasses et des vaches maigres, des épis gras et des épis maigres), Joseph va être capable de discerner le plan de Dieu pour les années à venir, agir et conseiller en conséquence. En cela, il a la sagesse surnaturelle dont parlait l'apôtre Paul, cette sagesse qui lui est communiquée par 1'Esprit qui sonde tout même les profondeurs de Dieu.

La "Bina" (compréhension)

C'est à cause de la présence de l'Esprit qu’il est rendu capable d'interpréter les songes, et cela fait appel à une autre notion qui est rattachée à l'Esprit de Dieu dans le chapitre 2 du prophète Esaïe : "Esprit de sagesse et de compréhension" (mot hébreu difficilement traduisible et que l'on peut traduire par "compréhension - discernement"). L'Esprit du Seigneur après avoir communiqué sa sagesse, donne à Joseph un discernement, une compréhension que les sages de l'Egypte n'ont pas.

Là encore, la révélation est venue par le songe qu'a eu Pharaon, et ce songe a eu sa source en Dieu; Joseph lui-même le dira ; "c'est le Seigneur qui a fait connaître à Pharaon les choses qui doivent arriver". Daniel, lorsqu'il interprétera à Nebucadnetsar, la vision de la grosse statue, dira : "le Seigneur des cieux t'a fait connaître ce qui doit arriver".

L'Esprit du Seigneur n'est donc pas la source de ces révélations mais il va intervenir pour sonder le secret de Dieu qui était caché au travers du songe et c'est grâce à- cet Esprit qui repose sur lui que Joseph sera capable de comprendre le secret de Dieu.

Nous retrouvons ici le schéma, que nous évoquions précédemment en ce qui concerne le "hazon" : Pharaon voit quelque chose, mais il ne comprend pas parce qu'il n'a pas cet esprit de sages­se; donc la vision est incomplète et sans cet esprit de compréhension, on ne peut en tirer les conséquences pratiques qui s'imposent. Donc l'interprétation que Joseph va donner du "hazon", va mettre en évidence le message qui s'y trouve, et c'est cela qui est le plus important.

Ce que l'on voit peut être communiqué par Dieu sans intermédiaire, mais jusqu'à la venue de l'Esprit de Dieu, celui qui est au bénéfice de la vision, est incapable de la comprendre. L'interprétation de la vision demande donc un intermédiaire et quelquefois ce sera un ange qui expliquera (vision du chandelier de Zacharie - certaines visions de Daniel), ou bien ce sera directement celui qui a reçu la vision qui est revêtu de l'Esprit de Dieu comme conséquence de cette vision qu'il reçoit et qui va être rendu capable de comprendre et de discerner ce qu'il a reçu de Dieu.

Cette sagesse qu'a Joseph, qu'a Daniel, elle est reconnue par Pharaon comme par Nebucadnetsar, comme surnaturelle et, dans ce sens, elle pourrait être qualifiée de charismatique (pour employer un mot extrêmement à la mode).

Les hommes de l'Esprit, ceux qui ont été à la base de la révélation de Dieu, sont des hommes remplis des charismes de Dieu. Quand nous parlons de charismes, nous parlons de dons spirituels, mais ici, il s'agit de "charisme" dans le sens large du terme.

On pourra retrouver pratiquement, dans l'Ancien Testament, tous les dons spirituels tels que nous les connaissons, mais il y a un certain nombre d'autres manifestations qui n'ont pas leur parallèle et qui n'ont pas leur équivalent dans le Nouveau Testament, à part quelques rares exceptions.

Donc nous ne retrouvons pas, dans le Nouveau Testament, d'exemple de charisme tel que celui de Samson qui était capable de déchirer un lion etc.... nous ne trouvons pas de charisme semblable à celui des juges qui étaient revêtus d'une force surnaturelle pour être des hommes de guerre. Cela était particulier à l'ancienne alliance, mais il est certain que ces hommes étaient des hommes sur lesquels reposait l'onction charismatique de Dieu.

Je ne reviendrai pas sur ce que nous avons déjà dit de Moïse, homme de l'Esprit tout à fait exceptionnel qui parlait à. Dieu face à face, ce qui représente l'idéal de la révélation, idéal jamais égalé par la suite, si ce n'est bien sûr, égalé et dépassé en la personne du Messie (Deutéronome 13/15).

C'est la raison pour laquelle la Thora (les cinq livres de Moïse), est considérée par les Juifs comme la partie essentielle de la Révélation. Et dans la tradition juive, le message des prophètes n'est que le développement du message déjà donné à Moïse : la Thora.

C'est pourquoi les livres prophétiques sont considérés par les Juifs comme moins importants, moins importants aussi parce que, à l'inverse de ce qui se passait pour Moïse, les prophètes ne pouvaient pas prendre l'initiative de la révélation de Dieu, nous avons déjà vu cela précédemment !

Il est inutile de revenir sur ce que nous avons dit au sujet de la révélation prophétique, de l'inspiration, de la réception de la Parole de Dieu et ensuite de sa communication au peuple par l'Esprit de Dieu.

Mais je voudrais revenir sur la notion de la venue de l'Esprit pour une mise à part. C'est quelque chose que nous trouvons à de nombreuses reprises dans l'Ancien Testament. Nous en avons un cas très curieux dans le livre des Nombres 11/16 : "L'Eternel dit à Moïse : Assemble auprès de moi soixante-dix hommes des anciens d'Israël, de ceux que tu connais... amène-les à la tente d'assignation et qu'ils s'y présentent avec toi. Je descendrai, et là je te parlerai; je prendrai de l'esprit qui est sur toi, et je le mettrai sur eux, afin qu'ils portent avec toi la charge du peuple, et que tu ne la porte pas à toi seul".

A SUIVRE

07 INSPIRATION ET AUTORITE DES SAINTES ECRITURES

Le Saint-Esprit et la préparation des hommes de Dieu

Etudes bibliques  du pasteur  J.M. THOBOIS

 

Sites Etrangers

Connexion

Qui est en ligne

Nous avons 129 invités et aucun membre en ligne

007212008
Aujourd'hui
Hier
Cette semaine
La semaine précédente
Ce mois ci
Le mois dernier
Tout le temps
11424
13268
86316
7021997
288206
383382
7212008

Your IP: 157.55.39.234
Server Time: 2014-11-21 20:51:46
unregistered template Template by Ahadesign Visit the Ahadesign-Forum and Joomla 1.6 Live Preview