samedi 28 février 2015 18:23

Pasteur Daniel

QUI SUIS-JE

 

 

 

 

QUI SUIS-JE

 

 

 

La Bible débute par ces mots :

 

 

 

« Au commencement, Dieu créa les cieux et la terre » (Genèse 1 v.1)

 

 

 

Lorsque nous lisons cette phrase, nos esprits limités pensent souvent au ciel bleu qui est au-dessus de nous et à la terre sur laquelle nous vivons. Mais Dieu ne créa pas seulement le ciel, celui que l’on peut voir, mais les cieux, c’est-à-dire les innombrables galaxies formées chacune de plusieurs milliards d’étoiles. «

 

 

 

 Les cieux racontent la gloire de Dieu » a écrit David (Psaume 19 v.1) et lorsque nous contemplons le firmament étoilé au cours d’une nuit sans nuage, nous ne voyons en réalité qu’une toute petite partie de la création.

 

 

 

« Dieu créa les cieux… et la terre ». Cette terre est minuscule dans cette immensité astrale, mais combien chère et précieuse au cœur de Dieu, et c’est pour cette raison qu’il en fait une description plus détaillée à partir du verset 2, car il ne l’a pas créée pour être déserte, mais pour qu’elle soit habitée (Esaïe 45 v.18)

 

 

 

Si, sur une feuille de grand format, je pouvais dessiner une partie de l’univers, la terre serait représentée par un minuscule point laissé par un crayon à la mine très finement taillée.

 

 

 

Sur une autre feuille du même format, je dessine la terre, ce petit point que j’agrandis à très haute échelle pour former un cercle de 20 à 30 cm de diamètre puis je désigne la région où j’habite par un petit point tracé au crayon.

 

 

 

Si j’agrandis la région remplissant une autre feuille encore, je peux y placer une toute petite tache représentant la ville ou l’agglomération où je demeure.

 

 

 

Enfin, si j’agrandis la ville à une échelle permettant de distinguer les rues je peux y placer un petit point qui me représente, moi : une minuscule créature parmi tant d’autres sur un petit point dans l’univers infini. Une poussière de la terre de laquelle je suis formé (Genèse 2 v.7)

 

 

 

 Quand je contemple tes cieux, l’ouvrage de tes doigts, la lune et les étoiles que tu as disposées : Qu’est-ce que l’homme, que tu te souviennes de lui ? Et le fils de l’homme, pour que tu prennes garde à lui ? » (Psaume 8 v.4-5)

 

 

 

« Quand je contemple tes cieux, l’ouvrage de tes doigts, la lune et les étoiles que tu as disposées : Qu’est-ce que l’homme, que tu te souviennes de lui ? Et le fils de l’homme, pour que tu prennes garde à lui ? » (Psaume 8 v.4-5)

 

 

 

Comment est-il possible que le grand Dieu tout puissant Créateur des cieux et de la terre, qui fait mouvoir en ordre les myriades d’astres les appelant tous par leur nom (Esaïe 40 v.26), comment est-il possible qu’il s’occupe d’un être infime tel que moi ?

 

 

 

Revenons au 1er chapitre du livre de la Genèse où Dieu décrit plus particulièrement la terre – ce tout petit point au milieu de l’univers – parce qu’il l’a créée pour y faire habiter l’homme qu’il créa à son image, selon sa ressemblance (v.26).

 

 

 

 Il ne s’agit bien sûr pas de son image physique, puisque « Dieu est Esprit » (Jean 4 v.24) ; il le créa à son image, c’est-à-dire avec les facultés de raisonner, de décider, d’aimer, de ressentir, etc. et il souffla en lui un souffle de vie de sorte que l’homme devint une âme vivante (Genèse 2 v.7). A la différence de l’animal dont l’âme disparaît à sa mort, l’âme humaine est éternelle.

 

 

 

« Ce que Dieu a préparé pour ceux qui l'aiment » (1 Corinthiens 2 v.9)

 

 

 

Dieu a créé la terre et l’a préparée pour y placer l’homme qu’il aimait de toute éternité. La Bible nous apprend (Proverbes 8 v.22 à 31) que dans l’éternité passée, plus loin encore que nos pensées peuvent aller , la Sagesse était là, une Personne à côté de Dieu, le Fils étant à l’œuvre auprès du Père, faisant tous les jours ses délices « et trouvant son bonheur parmi les fils des hommes »

 

 

 

Mystère insondable : Avant que l'homme paraisse, avant même l’existence d’une terre pour le porter, nous avons été, vous et moi, connus et aimés ! Une mère aime son enfant avant qu’il naisse car elle sait qu’il est dans son ventre et que bientôt, elle le verra et le prendra dans ses bras ; mais peut-elle l’aimer avant sa conception, avant de savoir qu’il existera ? Dieu, lui, aimait sa créature parce qu’il la connaissait d’avance, de toute éternité.

 

 

 

Hélas, par sa désobéissance à Son Créateur, l’homme est devenu pécheur entraînant dans la mort toute sa descendance, et cette terre sortie si belle des mains du divin Créateur est souillée par le péché.

 

 

 

 Mystère plus profond encore : si Dieu hait le péché et se doit de le punir, il aime le pécheur depuis les temps les plus anciens et il a prédestiné, avant la fondation du monde, un Agneau sans défaut et sans tache, le Christ dont le sang précieux rachète le pécheur repentant et croyant en le purifiant de tout péché.

 

 

 

« Vous avez été rachetés … par le sang précieux de Christ, comme d'un agneau sans défaut et sans tache, prédestiné avant la fondation du monde, manifesté à la fin des temps pour vous qui, par lui, croyez en Dieu qui l'a ressuscité d'entre les morts et lui a donné la gloire, en sorte que votre foi et votre espérance soient en Dieu. » (1 Pierre 1 v.18 à 21)

 

 

 

Réalisons-nous bien que pour nous racheter, le Fils de Dieu, créateur de l’Univers, a dû prendre un corps comme le nôtre ? La Parole qui était Dieu devint chair et habita au milieu de nous (Jean 1 v.1 à 3 et 14). Il a dû devenir ce petit point évoqué tout à l’heure pour venir sur cette minuscule planète au milieu de l’immense Univers dont il est le Créateur.

 

 

 

« Jésus Christ, étant en forme de Dieu, n’a pas regardé son égalité avec Dieu comme un objet à préserver, mais s'est dépouillé lui-même, en prenant une forme de serviteur, en devenant semblable aux hommes ; et ayant paru comme un simple homme, il s'est humilié lui-même, se rendant obéissant jusqu'à la mort, même jusqu'à la mort de la croix.

 

 

 

 C'est pourquoi aussi Dieu l'a souverainement élevé, et lui a donné le nom qui est au-dessus de tout nom, afin qu'au nom de Jésus tout genou fléchisse dans les cieux, sur la terre et sous la terre, et que toute langue confesse que Jésus Christ est Seigneur, à la gloire de Dieu le Père. » (Philippiens 2 v.6 à 11)

 

 

 

Au nom de Jésus, tout genou fléchira :

 

 

 

- Ceux qui auront méprisé sa grandeur et son amour en refusant de croire fléchiront leurs genoux pour être jugés ;

 

 

 

- Ceux qui auront reconnu leur petitesse et cru que ce grand Dieu Sauveur s’est anéanti pour nous fléchiront leurs genoux pour L’adorer.

 

 

 

Seigneur, lorsque je contemple
Les ouvrages de tes mains,
Le ciel, voûte de ton temple,
Qui couvre tous les humains,

 


Quand je vois l’armée immense
Des astres brillant aux cieux,

Soutenus par ta puissance
Dans leurs orbes radieux,

 


Je comprends ma petitesse,
Mon néant et ta grandeur,

Je sens toute ma faiblesse,
Ô Dieu, puissant Créateur !

 

Je ne suis devant ta face

 

Qu’un être infirme et pécheur ;
Puis-je espérer que ta grâce

 

Me regarde avec faveur ?

 

Ah ! je sais que ta tendresse
Daigna s’abaisser vers moi,
Me prit dans ma petitesse
Pour m’élever jusqu’à toi.

Oui, le pécheur misérable
A plus de prix à tes yeux
Que le cortège innombrable
Des étoiles dans les cieux;

 


Car, dans ton amour suprême,
Tu m’as donné pour Sauveur,

Ô mon Dieu, ton Fils lui-même,
Les délices de ton cœur !

 

(Hymnes et Cantiques n° 208

 

SITE http://www.la-verite-sure.fr

 

 

SI TU CONNAISSAIS LE DON DE DIEU JN 4 V 10

 

JN 4 V 5 / 34

 

 

Il fallait que Jésus traverse la Samarie, région de la Palestine située entre la Judée (au sud) et la Galilée (au nord).

 

 


Il arriva à une ville nommée Sichar où il y avait une fontaine de Jacob. Fatigué du chemin, Jésus se tenait assis au bord de la fontaine ; il était environ midi et ses disciples étaient allés à la ville pour acheter des vivres.

 

 


Une femme de la Samarie vint pour puiser de l’eau. Jésus lui dit : « Donne-moi à boire ».
La Samaritaine lui dit alors : « Comment toi qui es Juif, me demandes-tu à boire à moi qui suis une Samaritaine ? » (Car les Juifs n’ont pas de relations avec les Samaritains).

 

 


Jésus répondit : « Si tu connaissais le don de Dieu et qui est celui qui te dit : Donne-moi à boire, c’est toi qui lui aurais demandé, et il t’aurait donné de l’eau vive. »

 

 


La femme lui dit : « Seigneur, tu n’as rien pour puiser, et le puits est profond ; d’où as-tu donc cette eau vive ? Es-tu plus grand que notre père Jacob qui nous a donné le puits et lui-même en a bu, ainsi que ses fils et son bétail ? »

 

 


Jésus lui répondit : « Quiconque boit de cette eau-ci aura de nouveau soif ; celui qui boira de l’eau que je lui donnerai, moi, n’aura plus soif à jamais ; mais l’eau que je lui donnerai sera en lui une fontaine d’eau jaillissant en vie éternelle. »

 

 


La femme lui dit : « Seigneur, donne-moi cette eau, afin que je n’aie pas soif et que je ne vienne pas ici pour puiser. »

 

 


Jésus lui dit : « Va, appelle ton mari, et viens ici. »
« Je n’ai pas de mari » répondit la femme. 

 


Jésus lui dit : « Tu as bien dit : Je n’ai pas de mari ; car tu as eu cinq maris, et celui que tu as maintenant n’est pas ton mari ; en cela tu as dit vrai. »

 

 


La femme lui dit : « Seigneur, je vois que tu es un prophète Je sais que le Messie qui est appelé le Christ, vient ; quand celui-là sera venu, il nous fera tout connaître. »
Jésus lui dit : « Je le suis, moi qui te parle. »

 

 

 

Là-dessus ses disciples arrivèrent

 

Alors, la femme laissa sa cruche et alla à la ville, et dit aux gens :

 

 


« Venez voir un homme
qui m’a dit tout ce que j’ai fait ; celui-ci n’est-il pas le Christ ? »

 


Ils sortirent de la ville pour venir vers lui  

 

 

Beaucoup d’entre eux crurent en lui, à cause de la parole de la femme qui avait rendu témoignage : « Il m’a dit tout ce que j’ai fait. »

 


Quand donc les Samaritains furent venus vers Jésus, ils le priaient de rester avec eux ; et il resta là deux jours. Beaucoup plus de gens crurent à cause de sa parole ; ils disaient à la femme : « Ce n’est plus à cause de ce que tu as dit que nous croyons ; car nous-mêmes nous l’avons entendu, et nous savons que celui-ci est véritablement le Sauveur du monde. » 
                                                                                                                                                     Évangile selon Jean, ch.4)

 

 

 

Les Samaritains étaient des descendants de colons étrangers habitant la Palestine et pratiquant le culte juif différemment. Les Juifs méprisaient les Samaritains et n’avaient aucun contact avec eux au point que beaucoup de ceux qui allaient de la Judée à la Galilée ou inversement faisaient un détour pour éviter la Samarie. 



Il fallait que Jésus traverse la Samarie, non pas pour des raisons physiques ou géographiques, mais parce qu’il était nécessaire qu’il rencontre cette femme samaritaine méprisée des Juifs qui, en outre, menait une vie inconvenante. Mais le Seigneur est venu pour appeler non des justes, mais des pécheurs (Marc 2 v.17).

 

 

 

Aussi, malgré sa fatigue et sa soif, il s’adresse à la femme pour gagner sa confiance en lui demandant un service : « Donne-moi à boire » lui dit-il. Comment ? Un Juif qui  adresse la parole à une femme samaritaine ? Pour lui demander à boire, en plus ! Est-ce possible?

 

 

 

Cela ne s’est jamais vu ! Alors Jésus lui dit : « Si tu connaissais le don de Dieu et celui qui te dit : Donne-moi à boire… ». Ah, non ! Jésus n’était pas un Juif comme les autres ! Il ne méprisait personne.

 

 

 Celui qui était assis au bord de cette fontaine n’était autre que le Fils de Dieu, le Créateur qui s’est abaissé jusqu’à nous, se faisant homme, éprouvant la fatigue et la soif ! Le Maître de l’univers demande à boire à une femme samaritaine ! Quelle humilité, quel abaissement !



« Si tu connaissais le don de Dieu… ». Il est lui-même Celui que Dieu a donné dans son amour. « Dieu a tant aimé le monde qu’il a donné son Fils unique afin que quiconque croit en lui ne périsse pas, mais qu’il ait la vie éternelle » (Jean 3 v.16). 

 

 

 

Dieu ne pouvait pas nous donner plus, car qui est plus grand que Jésus Christ, le Fils unique de Dieu ? Il ne pouvait pas non plus nous donner moins, car pour que nos péchés soient expiés et que le pécheur soit pardonné, il fallait une sainte victime pure et sans tache. Seul Jésus pouvait se présenter. En nous donnant Jésus, Dieu nous donne tout : le pardon, le salut, la vie éternelle, la paix, le bonheur, l’espérance…



« Quiconque boit de cette eau-ci aura de nouveau soif, dit Jésus ; celui qui boira de l’eau que je lui donnerai, moi, n’aura plus soif à jamais ; mais l’eau que je lui donnerai sera en lui une fontaine d’eau jaillissant en vie éternelle. »



Oh ! mais cette eau-là, la femme samaritaine en veut : « Donne-moi cette eau » dit-elle. Mais avant, le Seigneur doit mettre le doigt sur ce qui n’est pas en règle dans la vie de cette femme en lui parlant de ses cinq maris et en lui faisant confesser que celui qu’elle a maintenant n’est pas son mari. La grâce divine est inséparable de la vérité et ne peut intervenir que si l’on reconnaît notre état réel devant Dieu.



« Si tu connaissais le don de Dieu, et Celui qui a dit : Donne moi à boire… »



Le connais-tu, cher ami lecteur ? As-tu étanché ta soif à la source d’eau pure, non pas l’eau de la fontaine de Sichar ni aucune autre que la terre produit : après l'avoir bue, on a de nouveau soif, le bonheur terrestre n'est que passager, mais si tu bois de l’eau que Jésus te donne, tu n’auras plus soif, à jamais, elle sera en toi une fontaine d’eau jaillissant en vie éternelle. 

 

 

 Reconnais donc ton état de culpabilité devant Dieu et viens à Jésus qui a dit : « Si quelqu’un a soif, qu’il vienne à moi et qu’il boive. Celui qui croit en moi, comme l’a dit L'Ecriture, des fleuves d’eau vive* couleront du plus profond de son être » (Jean 7 v.38).



Ce fut le cas pour la femme samaritaine qui, croyant au Seigneur Jésus, a bu l’eau qu’il lui a donnée : elle devint un canal de bénédiction pour les autres Samaritains de sa ville dont beaucoup crurent aussi.

 

 

 

Si tu connaissais le don de Dieu... 
(Jean 4 v.10)



Dieu a tant aimé le monde qu’il a donné son Fils unique afin que quiconque croit en lui ne périsse pas, 
mais qu’il ait la vie éternelle.
(Jean 3 v.16)



Le don gratuit de Dieu, c'est la vie éternelle en Jésus Christ notre Seigneur
(Romains 6 v.23)

 

 SITE http://www.la-verite-sure.fr

 

Nous surfons souvent sur le Web. Dès que nous rencontrons un site intéressant,

nous le répertorions pour vous.

 

Sélectionnez dans la liste proposée un de nos liens Web.

 

LIENS

 

SITES PARTENAIRES

 

  www.impactgospelvision.net

 

http://www.queditlabible.com/accueil-1.php

 

 

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

 

 

 

Sites Etrangers

Connexion

Qui est en ligne

Nous avons 157 invités et aucun membre en ligne

008371634
Aujourd'hui
Hier
Cette semaine
La semaine précédente
Ce mois ci
Le mois dernier
Tout le temps
10081
13167
83336
8204612
359007
336854
8371634

Your IP: 2.6.12.89
Server Time: 2015-02-28 18:16:24
unregistered template Template by Ahadesign Visit the Ahadesign-Forum and Joomla 1.6 Live Preview